Présentation des  processus d’enregistrement de naissance en Égypte romaine

Tout comme dans la Rome antique, l’enregistrement de naissance n’avait pas une place importante dans la société égyptienne romaine. Cette procédure était considérée comme des démarches administratives facultatives qui n’a aucune valeur juridique malgré qu’il existait des processus d’enregistrement des naissances. Dans le présent article, vous découvrirez les  deux méthodes d’instinct misent en place pour l’enregistrement des naissances dans l’Égypte romaine suivi de la place qui leur ont été accordée.

Les deux processus d’enregistrement des naissances en Égypte romaine 

Dans l’Égypte romaine, il existait en général deux grands processus d’enregistrement des naissances ou en d’autres termes d’établissement d’acte de naissance. En premier lieu , il y a une procédure réservée aux citoyens romains qui était menée en latin et en second lieu une autre pour les gréco-égyptiens. Celle-ci était menée en grec. En effet, il est important de souligner que ces deux processus étaient, sur le plan juridique, totalement indépendants. Pour l’enregistrement des naissances des citoyens gréco-égyptiens, il existait dans le temps 34 documents d’enregistrement disponibles qui s’étendent sur environ 270 ans. 

Spécialement à l’initiative du père de l’enfant ou d’un autre parent proche, les actes de naissance standard comportaient le nom et l’âge actuel de la personne concernée. Cette demande était impérativement adressée à un fonctionnaire.

La place des enregistrements des naissances dans l’Égypte romaine 

Tout comme les enregistrements de naissance dans la Rome antique, ceux gréco-égyptiens n’étaient pas non plus obligatoires. Les documents prouvant l’existence d’un tel acte n’ont aucune valeur devant un acte de recensement. Dans l’Égypte antique, l’acte de recensement a éliminé de la part des citoyens le besoin d’enregistrement des naissances du simple fait que les informations recueillies à partir d’un enregistrement de naissance complètent juste celles du recensement.

En définitive, retenez juste que dans la cité gréco-égyptienne, le recensement était plus efficace et considéré que le système d’enregistrement des naissances. Cet acte est aussi plus soutenu par les fonctionnaires du gouvernement.