Sur quels principes est basée l’éducation positive ?

L’éducation positive est une approche alternative de l’éducation fondée sur le respect de l’enfant. Elle exclut toute forme de violence éducative, et propose à la place des outils basés sur l’écoute, le dialogue, l’accompagnement, le respect mutuel. Aux oubliettes donc les fessées, mais aussi les cris, le chantage, les menaces et les punitions. Découvrez dans cet article les principes clés de l’éducation positive.

L’enfant est bon par nature

L’approche traditionnelle de l’éducation propose une vision extrêmement négative de l’enfant. On le perçoit comme un petit être plein de défauts et mal intentionné qu’il faille sans cesse recadrer de manière répressive afin d’en faire « quelqu’un de bien » sinon, Il risque de devenir un tyran, un « enfant roi »
L’approche de l’éducation positive est toute autre et vous pouvez voir le site ni claques ni fessées, pour plus d’informations. Elle considère l’enfant comme un être intrinsèquement et naturellement bon et qu’il est de notre devoir d’adulte de l’aider, de l’accompagner dans ses apprentissages, mais pas de le dresser pour qu’il arrête de « faire des bêtises »

Le respect de l’enfant en tant que personne et de son développement

Pour cela, il faut respecter ses besoins physiologiques, sa personnalité, son corps, ses émotions et sentiments, son rythme de développement et sa prise d’autonomie.

Susciter la coopération, ou l’art de trouver des solutions gagnant-gagnant

En cas de désaccord entre le parent et son enfant, l’approche traditionnelle de l’éducation les met en confrontation : à l’issue de laquelle, il y aura un gagnant et un perdant. L’éducation positive propose au contraire de trouver des solutions gagnant-gagnant. L’enfant n’est pas contraint de se soumettre, il est invité à coopérer.

Encourager la responsabilisation et l’autonomisation plutôt que l’obéissance par soumission

Plutôt que d’exiger une obéissance immédiate à court terme, on prend ainsi le temps nécessaire pour accompagner nos enfants sur le chemin de la responsabilisation et de l’autonomie, on les aide à prendre confiance en eux-mêmes et en leur propre jugement, et ces facultés leur serviront toute leur vie.